Conférence en salle/en ligne 1830-1930, le grand siècle des portes parisiennes
Frontière entre l'espace public et l'intimité, à la fois protection et affichage, la porte d'immeuble ou d'hôtel particulier a toujours fait l'objet de soins méticuleux. De l'époque romantique à la naissance du mouvement moderne, les architectes, artistes et artisans ont produit de véritables bijoux.
Jules Lavirotte, détail de la porte du 151 rue de Grenelle. Photo Vincent Delaveau.
Le triomphe de la bourgeoisie et celui de l'immeuble de rapport qui l'accompagne marquent les années 1830. Si l'on prend également en compte l'essor de la fonte ornementale et le goût nouveau pour les styles anciens, on imagine facilement les changements qui affectent l'aspect des portes parisiennes. De la Madeleine à la Nouvelle Athènes, elles foisonnent d'un bestiaire et d'un peuple métalliques tout droit arrivés de la Renaissance. Les décennies suivantes élargissent le spectre historique et stylistique. Le bois résiste bien, désormais illuminé par des ornements souvent produits en série comme les poignées ou les heurtoirs. La porte tend aussi à déborder de tous les côtés sur la façade par un décor sculpté parfois très fourni. Cette longue vague qui allie académisme et fantaisie finit par s'échouer autour de 1910.
Il faut dire qu'entretemps, l'irruption de l'art nouveau, le goût pour la fantaisie qui caractérise la Belle époque, l'intérêt pour la mise en œuvre de matériaux nouveaux et la place des arts décoratifs ont produit quelques spécimens remarquables. Les délires colorés de Guimard, Lavirotte, Wagon ou Klein éclaboussent les passants. Un peu trop peut-être au goût de certains. Dès les premières années du XXe siècle, les décors s'assagissent, gagnent en élégance sans perdre en originalité. L'art déco pointe le bout de son nez avant de s'épanouir véritablement dans les années 1920.
Vers 1930 enfin, le mouvement moderne, la méfiance face au décor, la rationalisation de la construction, le triomphe du verre, le moindre souci de paraître, en tout cas par sa porte d'entrée, sonnent la fin de la partie. Quelques réalisations remarquables en fer forgé, comme celles de Jean Prouvé pour Mallet-Stevens, constituent une sorte de chant du cygne de la porte parisienne.
Décor en fonte d'une porte rue de Provence. Photo Vincent Delaveau. Pour les particuliers mardi 17 novembre à 18h30jeudi 19 novembre à 11h00dimanche 22 novembre à 18h00
Visio-conférence en direct sur l'application Zoom. Durée une heure environ. Tarif unique par connexion 10€. Un peu avant la conférence, vous recevrez un lien et des identifiants pour vous connecter à l'heure dite. Non remboursable. Échangeable pour une autre visio-conférence sous réserve de disponibilité.
Comment ça marche ? Réserver Retour au calendrier
Détail de la porte du 19 cité Bauer. Photo Vincent Delaveau. Pour les groupes privés Cette conférence peut être organisée tous les jours. Elle peut avoir lieu dans un café ou un restaurant, dans la salle de votre choix (équipée d'un vidéo-projecteur) ou en ligne sur l'application Zoom. Je me tiens à votre disposition pour vous en préciser les conditions et vous fournir un devis. Contact Hercule FarneseHendrick Goltzius, Hercule Farnese (détail), 1592. New York, Metropolitan Museum of Art Collection 2020-21 La Voix des lieux sélectionne pour votre programmation un choix d'une soixantaine de visites et de conférences tirées de son (très) gros catalogue. Ces propositions sont renouvelées chaque semestre en fonction de la saison, de l'actualité, de vos demandes et de l'humeur du moment. Promenades parisiennes Musées et monuments Hors les murs Conférences en ligne et en salle